Il est de retour – Timur Vermes

Attiré par la couverture sympa du livre, je me suis récemment procuré Il est de retour de Timur Vermes. J’en avais entendu que du bien, et je dois dire que le résumé me plaisait assez.

Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléchée, est toute prête à lui en fournir une. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise… Hitler est ravi qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l’estocade qui lui permettra d’achever enfin ce qu’il avait commencé…


Ça change un peu des polars ou des romans fantastiques que j’ai l’habitude de lire et j’avais hâte de voir comment le sujet allait être abordé. Il faut dire que le sujet est encore tabou, et j’ai trouvé ça osé d’imaginer un Hitler de retour à notre époque. Malheureusement, c’est la douche froide. J’ai lutté plusieurs soirs contre la fatigue pour le terminer, mais dépassé la centaine de pages j’ai décroché. Je l’ai terminé car je n’aime pas laisser un livre non terminé dans mon étagère, mais ça a été une purge. Les premiers passages sont parfois sympathiques avec la découverte de notre monde moderne par Hitler et le fait qu’il rapproche n’importe quelle innovation à son parti, mais passé cela c’est une suite de situations inintéressantes.

Pour le côté intéressant, on a bien quelques références historiques (avec un glossaire à la fin, merci) pour tout remettre dans son contexte, mais j’ai l’impression que tous les personnages sont idiots ou plats. J’ai eu du mal à m’attacher à un personne (forcément pas Hitler), que ce soit la secrétaire un peu pommée ou le buraliste qui le recueil au tout début du roman. Ok ils sont présents, on en connait un peu plus sur leur vie … et après ? Et puis la fin est étrange … Arrivé à quelques pages de la conclusion, je me demandais encore comment l’auteur allait réussir à conclure. J’imaginais un twist final énorme, avec une idée qui me laisserait sur les fesses … mais c’est sur ma faim que je suis resté.

Assez bon public niveau lecture, je dois dire que je suis pour la première fois totalement dépité. Entre la perte de temps que ça a été et le sentiment d’incompréhension face aux critiques élogieuses reçues par le bouquin, je me dis que la prochaine fois je ne me laisserai pas séduire par le marketing ou l’avis général ! Je vais tenter de regarder le film disponible sur Netflix pour voir s’il s’en sort mieux, mais vu la bande annonce j’ai de gros doutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *