Hellfest 2016

Rentré lundi de l’édition 2016 du Hellfest, il est temps de faire un rapide bilan de ces 4 jours passés dans la magnifique ville de Clisson. Je ne suis pas un habitué du festival puisqu’il s’agissait de ma 4ème participation à celui-ci (la première étant en 2013), mais en 4 éditions j’ai eu le temps de me faire une petite idée et un avis désormais bien éclairé sur l’évolution de celui-ci. La première édition j’y étais allé sans connaitre beaucoup de noms sur l’affiche car je venais d’entrer dans une phase de remise en question musicale après la découverte de quelques groupes proposés par un ami. J’en étais revenu conquis et depuis je n’écoute quasiment plus que cela (quitte à devenir extrémiste envers les autres styles musicaux …). Là n’est pas le propos, c’était juste pour situer un peu la chose.

Le monde, l’attente et l’ambiance

En 2013 j’avais trouvé la taille du festival parfaite. On ne se marchait pas sur les pieds pour aller d’une scène à l’autre, et l’attente était relativement supportable à l’entrée et à tous les endroits « clés » (en gros : les bars). En 2014 et 2015 j’ai trouvé que la jauge était beaucoup trop haute et en 2016 que cela s’était amélioré un peu (sauf à l’entrée, où j’ai parfois attendu 1h avant une fouille de 2 secondes pas franchement poussée). Après c’est sûrement une impression car il me semble que la jauge était au même niveau que l’édition précédente, mais c’est sûrement dû aux nouveaux aménagements qui permettent une fluidité bien meilleure entre les scènes. Là où il fallait bien 10 minutes et de nombreuses bousculades pour accéder à la Warzone (la scène punk/hardcore) ou en sortir, il est désormais possible d’évacuer tranquillement. Bravo sur ce point c’est génial (et cette nouvelle décoration et juste énorme).

Le point qui me chagrine le plus, c’est que le Hellfest est devenu un endroit où il faut aller, sans pour autant écouter du Rock ou du Metal. En gros c’est l’endroit où il faut aller pour prendre quelques photos, se déguiser et se prendre une cuite mémorable. C’est un avis personnel mais ça me dérange d’entendre des gens juger les codes du Metal (le chant guttural, les tenues vestimentaires, les wall of death etc…) alors qu’ils sont à la base dans un festival axé sur ce courant musical. En gros le Hellfest n’est plus fréquenté uniquement par des passionnés mais par des gens qui veulent juste passer un week-end entre potes. Ce n’est sûrement pas la majorité, mais ce sont ces personnes que l’on entend le plus. Je trouve que l’ambiance s’est dégradée dans le public et ça me chagrine un peu car ça créé des tensions (même moi qui suit pourtant calme j’arrive à m’énerver là-bas lorsqu’un gus me bouscule déguisé en licorne tout ça pour se prendre un photo).

La décoration

Les décorations des années précédentes sont toujours en place mais je n’en suis toujours pas fan. La cathédrale, les décors des scènes principales et le Hell City Square je trouve ça un peu kitch et ce n’est pas une direction artistique que j’apprécie. Après c’est une question de goût, mais je préfère largement le côté brut de l’acier comme les bars et la Warzone. La statue en hommage à Lemmy est aussi impressionnante et très jolie, belle prouesse !

Quelques jours avant le festival, il avait été annoncé qu’une tyrolienne sera présente devant les mainstages. J’étais assez dubitatif sur ce point et ma crainte a été confirmée : c’est pénible de voir des gens passer devant les scènes et crier pendant des concerts, et encore plus pendant de belles balades. C’est un peu trop pour moi ce genre de choses, et ça aurait peut-être eu plus sa place ailleurs. ENLEVEZ CA TOUT DE SUITE POUR LA PROCHAINE FOIS ! (bon vous faites ce que vous voulez hein, c’est juste un avis à vif).

La programmation

Cette année je ne suis clairement pas allé au Hellfest pour les têtes d’affiche. Rammstein m’a toujours laissé indifférent musicalement (et cela s’est confirmé) malgré un show bien foutu et un chant particulièrement carré, et Black Sabbath m’avait déçu en 2014 (Pauvre Ozzy…). Seule l’autre grosse tête d’affiche, Twisted Sister, m’intéressait car j’avais hâte de voir leur pêche légendaire en live, et c’était fou !

Sans ordre de préférence voici les groupes que j’ai été voir, ainsi qu’un petit mot dessus :

  • Cruachan : très bonne découverte, du folk aux sonorités celtiques (ils sont Irlandais).
  • All pigs must die : Du hardcore pur poussé par un batteur avec un jeu groovy énorme. J’ai hâte de réécouter voir si on retrouve ce groove sur les albums studios.
  • Le bal des enragés : entendu de loin (c’était l’heure de la pause bière), mais sympa d’entendre quelques classiques (du Nirvana, du RATM et d’autres dont je ne me souviens plus trop).
  • Havok : Je ne suis pas fan de Death, mais en live c’est toujours intéressant à voir. J’avais peur que ça soit un peu brouillon mais le son était plutôt bien ajusté donc c’est très bien passé.
  • Anthrax/Kampfar : Je voulais absolument voir Anthrax mais devant un son médiocre (j’entends plus mes voisins parler que le chanteur…) j’ai décidé de migrer sous la Temple pour voir Kampfar que j’avais déjà raté. Du Black comme je l’aime !
  • Killswitch Engage : je n’écoute que très rarement du Metalcore (excepté Parkway Drive) mais j’en connaissais quelque unes du groupe et j’ai été séduit. Mention spéciale pour le guitariste qui avait l’air content d’être là !
  • Hatebreed : vu en 2014 et je n’avais pas été séduit (sûrement trop loin de la scène). Là j’ai migré au milieu de la Mainstage et je dois dire que ça a une autre gueule. Le chanteur avait l’air lui aussi d’être content d’être là malgré la grosse douche (la seule du week-end) qui s’est déclarée pendant le concert.
  • Rammstein : comme dit plus haut, pas séduit du tout malgré le super show. Je trouve ça plat et je me suis ennuyé tout le concert.
  • Abbath : Le gros choix du week-end (The Offspring et Kvelertak en même temps) mais pas déçu. J’aurais bien aimé plus de classiques d’Immortal mais la setlist était quand même sympa.
  • Dark Fortress : c’était ma grosse attente du week-end et je suis arrivé à mi-concert à cause de l’attente à l’entrée, du coup je suis pas rentré dans le concert.
  • Heidevolk : Encore du folk, très agréable.
  • Entombed A.D : encore du Death (j’essaye de me soigner et d’en écouter). Très agréable en live mais je ne pense pas en réécouter car pour moi c’est vraiment un style qui prend tout son sens en vrai (un peu comme Obituary).
  • Joe Satriani : Seul avis : « j’ai bien fait de ne pas dépenser 70€ pour le voir au Zénith ».
  • Disturbed : Grosse claque. Pas fan sur CD mais là le chanteur est très bon, et puis bon … reprendre The Sound of Silence c’était juste la chose à faire pour me séduire.
  • Moonsorrow : je ne connaissais pas, mais sûrement un des meilleurs concerts du week-end.
  • Primordial : Pareil que pour Moonsorrow.
  • Twisted Sister : déjà dit dans le précédent paragraphe. Je signe direct pour avoir la même patate que Dee Snider à 60 ans et ses abdos (ça je signe pour les avoir maintenant).
  • Dark Funeral : je me suis endormi après 2 chansons, bien crevé par la journée du samedi et une petite nuit le vendredi soir.
  • Alea Jacta Est : du hardcore Français. J’avais hâte de les voir car j’aime bien ce qu’ils font et ça n’a pas loupé : excellente prestation bien qu’un peu courte (les créneaux du matin ne font que 30 minutes).
  • Stille Volk : Une guitare acoustique, pas de chant guttural et des instruments traditionnels. Déjà vu en 2013 mais encore adoré cette fois-ci.
  • Fallujah : pas réussi à me mettre dans le style. J’avais écouté avant et bien aimé, mais là je me suis encore endormi pendant le concert.
  • Dragonforce : je n’aime pas du tout le style mais … Guitar Hero 3 quoi.
  • No one is innocent : ça ressemble un peu à tous les groupes Français qui ont des choses à revendiquer mais les paroles sont assez directes et j’aime bien ça.
  • Tarja : obligé d’écouter en attendant Gojira sur la scène précédente. Je ne suis définitivement pas fait pour le symphonique. La voix de la chanteuse m’hérissait les poils et j’attendais que ça se termine avec impatience.
  • Gojira : C’est Gojira quoi. Déçu par la setlist qui ne comprenait pas Oroborus, mais content d’entendre 3 titres de leur nouvel album.
  • Insomnium : grosse claque. Techniquement c’est propre et les compos sont bien sympas.
  • Caliban : Encore endormi …
  • Amon Amarth : écouté un peu avant de venir et j’avais bien aimé. C’est confirmé.
  • Megadeth : jamais vu avant et j’appréhendais un peu, mais finalement c’est bien passé et content d’avoir pu entendre quelques classiques !
  • Ghost : coup de coeur du week-end, ce final avec les enfants de la chorale de Clisson avec en fond un feu d’artifice … Chair de poule assurée.

30 concerts vus (bon à part ceux où j’ai dormi) en un week-end, mon corps va avoir du mal à s’en remettre (surtout les genoux … aïe). Au niveau de la programmation je dois dire que le Hellfest a toujours réussi à me faire rêver (même sur les éditions précédents 2013 avec du recul) et c’est bien pour ça que j’y suis allé. Je suis toujours surpris quand j’entends des gens dire que la programmation n’est pas assez recherchée… il y a quand même de quoi faire et pour tous les goûts ! Pareil lorsque j’entends des gens dire qu’ils n’ont vu que 10 concerts sur le week-end !! C’est approximativement ce que je vois sur une journée, au prix du billet autant se payer une semaine de vacances si c’est pour rester au camping à boire des coups.

Conclusion rapide

Avant d’aller au Hellfest cette année j’avais déjà décidé que cette année serait la dernière et pour plusieurs raisons. En premier lieu c’est le public qui fréquente le festival qui m’avait fait prendre cette décision, puis ensuite le prix du billet (190€ à plein tarif, après c’est justifié vu les améliorations et la programmation) qui m’avait refroidi. Je pense donc que le Hellfest n’est pas (plus en tout cas) fait pour moi et je pense me tourner vers des festivals un peu plus petits comme le Motocultor (fait en 2014 et adoré) ou le Brutal Assault (en République Tchèque et qui cette année avait une affiche parfaite à mon sens – Vektor, Hypno5e, Gojira, Parkway Drive, Terror, Insomnium, Behemoth, Mastodon, MGLA, Obituary, Obscura …). La programmation sera peut-être moins impressionnante au niveau des têtes d’affiche, mais je m’en fiche un peu car c’est rarement pour ces groupes que je me déplace.

Je n’ai pas parlé de tout car ça serait trop long (le camping toujours aussi bien, le public qui est là pour la musique toujours aussi agréable, les bénévoles géniaux…) mais le cœur y est ! En tout cas merci au Hellfest pour tous ces bons souvenirs que j’ai depuis 4 ans, et peut être à un de ces jours … seuls les cons ne changent pas d’avis après tout ! (pas avant quelques années, le temps de me faire un avis ailleurs avant !). On termine avec le final de Ghost …

https://www.youtube.com/watch?v=8jPag1paJqo

Photo de une par JohnnyMip

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *